NKONTA MOKONO Junior Fresnel : les soft skills vues par un commandant militaire

NKONTA MOKONO

Dans le cadre du Congrès Soft Skills du 9 juin 2017 , co-organisé avec les étudiants de l’EDC Business School Paris (MBA), nous publions des interviews de professionnels sur le thème des soft skills.

Aujourd’hui nous accueillons NKONTA MOKONO Junior Fresnel, commandant en service dans les Forces Armées Congolaises. Cette interview a été réalisée par Anges Nkonta, étudiant en MBA à l’EDC Paris Business School.

Que sont les soft skills pour vous ? Pouvez-vous citer quelques exemples ?

J’entends par soft skills les capacités ou compétences humaines qui désignent les aptitudes d’un homme dans un environnement bien déterminé. Par exemple : la gestion du stress ; la maitrise de soi ; la communication ; le sens de responsabilité ; la capacité à travailler dans environnement homogène…

Auriez-vous des exemples de besoins auxquelles les soft skills peuvent répondre ?

La gestion du stress est importante car permet notamment de mieux diriger ses hommes sur un champ de bataille. Un autre exemple est la maitrise de soi pour savoir contenir toutes formes de colère pouvant conduire à une représailles des hommes après avoir subi une perte sur le champ de bataille…

Pouvez-vous, nous citer 3 soft skills incontournables lors de recrutement/ mangement ?

Trois soft skills incontournables : la capacité à travailler dans un environnement hétérogène ; le sens de la communication ; le sens de l’initiative.

Est-il important pour un cadre – manager/recruteur d’avoir des soft skills ? Si oui lesquelles ?

Un leader a le devoir d’avoir des soft skills et de les manifester auprès de ses subordonnées. Parmi les plus importantes on retrouve : le sens de la communication, la gestion du stress ; le courage d’affronter n’importe quel danger ; le sens d’initiative…

Dans quelle mesure les soft skills contribuent-elles à l’évolution professionnelle des talents ?

Dans le cas des Forces Armées, ce sont des points essentiels pour obtenir une éventuelle promotion de grade ou de poste bien que la gestion de la carrière soit déjà prédéfinie par le règlement intérieur.

Comment valoriser les soft skills dans l’entreprise ?

On valorise les soft skills en les expérimentant et lors de la mention de son expérience. (mission ; formation…). En dehors de ce qui est visible, les capacités intérieures facilitent la concrétisation de la théorie sur le terrain à un moment bien déterminé.

En quoi les soft skills favorisent-elles le bien -être en entreprise ?

Elles peuvent favoriser le bien-être si elles sont fédératrices, mobilisent le collectif mais peuvent aussi mettre à l’écart des personnalités moins prononcées. Elles n’apportent pas que du positif ou de la facilité, elles peuvent être source de jalousie et de tensions.

Si vous pouviez choisir un mentor en matière de soft skills, qui serait-il / elle ?

Thomas SANKARA ou Nelson MANDELA.

Imaginez que vous échangiez un café avec cette personne inspirante, et elle vous donne un conseil que vous retiendrez toute votre vie. Quel serait ce conseil ?

A SANKARA je lui demanderai de mieux m’expliquer la notion « d’intégrité moral » et à MANDELA « le sens du sacrifice ».

Racontez-nous une situation durant laquelle vos soft skills ont vraiment fait la différence :

En 2008 lors de la désignation des officiers pour la mission de paix en Centrafrique, la différence avec les nominés s’est située au niveau du sens de la communication et de l’écoute.


Pour rencontrer d’autres professionnels autour des soft skills, inscrivez-vous dès à présent au Congrès Soft Skills du 9 juin 2017 en cliquant ici.

Congrès Soft Skills 2017 creparezent EDC

AUTEUR

Jérôme Hoarau

Co-fondateur de La-Semaine.com et de creapreZent, il est également co-auteur du livre Le Réflexe Soft Skills.

Tous les articles par : Jérôme Hoarau

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée